IMG_2914

Visite de l’entreprise Genes’Ink à Rousset

La CGPME 13 (le groupement des PME), présidée par Alain Gargani, organise l’initiative “entrepreneur d’un jour” avec chaque parlementaire des Bouches-du-Rhône, afin de les sensibiliser au quotidien des créateurs d’entreprise. J’ai accepté leur invitation à passer une matinée aux côtés de Mme Corinne Versini, fondatrice de Genes’Ink, une start-up implantée sur le pôle microélectronique de Rousset.

Avec ses 10 salariés, l’entreprise propose un concept extrêmement innovant visant à imprimer des nano-particules d’encre pour dessiner des circuits électroniques utilisables dans n’importe quelle application industrielle. Au niveau mondial, seuls deux établissements développent cette technologie d’avenir, qui permettra à terme de se passer des semi-conducteurs en silicium, rigides, pour commercialiser, par exemple, des produits souples (écrans télé, tablettes…).

La matinée passée dans l’entreprise m’a permis de mieux appréhender les obstacles qui pouvaient entraver la croissance d’une start-up très innovante comme Genes’Ink. La complexité des procédures administratives, la difficulté d’accès aux financements bancaires, constituent des freins classiques. Mais j’ai également évoqué le problème de la “vallée de la mort” de l’innovation, c’est à dire le stade intermédiaire de développement d’un produit innovant, qui est souvent faiblement financé. En France, la phase initiale de recherche privée sur des produits innovants est assez bien financée, grâce au rôle de la BPI ou du Crédit Impôt Recherche. La phase ultime de commercialisation est également viabilisée par plusieurs dispositifs et par le marché. En revanche, la phase intermédiaire consistant à sortir un prototype et entamer une démarche d’industrialisation d’un produit est faiblement soutenue. D’où les difficultés rencontrées par les entreprises pour passer ce cap.

Cette rencontre fut ainsi très riche et m’a permis d’échanger, à travers l’exemple concret de Genes’Ink, sur les carences des dispositifs de soutien au tissu industriel innovant, surtout dans le contexte actuel de fragilisation et d’incertitude sur l’avenir du pôle de Rousset, mis à jour par la faillite de LFoundry.

 

 

Partagez sur facebook

Catégories : À la une, Actualités | par jdc
posté le 02/6/14