CAC

Réponses aux questions posées par le Collectif pour un Audit Citoyen de la dette publique Pays d’Aix et Gardanne au sujet du “Pacte budgétaire”

1 .Quelle est votre position sur le pacte budgétaire ?

Comme l’a constamment rappelé François Hollande durant toute la campagne de l’élection présidentielle, le pacte budgétaire, en l’état, n’est pas satisfaisant. Les politiques d’austérité, validées par la majorité des gouvernements européens, conduisent à aggraver le chômage et à freiner la croissance en affaiblissant la consommation des ménages. Les Etats se retrouvent entraînés dans un cercle vicieux qui les conduit à toujours plus s’endetter.

Parce que nous voulons une autre politique, François Hollande s’est engagé dans une difficile négociation européenne afin d’ajouter au pacte budgétaire un volet croissance. Cette proposition, jugée irréaliste par les libéraux durant la campagne présidentielle, reçoit aujourd’hui une adhésion notable parmi les dirigeants européens et américains, signe que la persévérance et la fermeté sont indispensables pour construire une Europe moins libérale.

 

2. Comment pensez-vous vous impliquer dans le débat sur le sujet ?

Le programme sur lequel a été élu François Hollande est très clair, et c’est celui que la future majorité parlementaire défendra.

Comme député, je serai naturellement aux côtés du Président et de mes collègues pour ce combat difficile, mais exemplaire du redressement progressiste des économies européennes auquel j’aspire. Je serai particulièrement attentif à ce que les mesures votées par le Parlement s’inscrivent dans le nécessaire soutien à l’économie de l’innovation, de la recherche, de l’excellence environnementale, à l’image de l’économie du pays d’Aix. Car la croissance de demain et la redistribution des richesses doivent prioritairement s’appuyer sur l’effort de recherche et d’innovation, plutôt que sur le moins disant social et la réduction systématique du coût du travail.

 

 

3. Si vous êtes élu, que voterez-vous ?

Si je suis élu au soir du 17 juin, je soutiendrai la politique de la majorité qui prévoit de lancer un plan de ré-industrialisation et de lutte contre le chômage. Je soutiendrai toutes les mesures qui créeront les conditions d’une véritable relance en Europe.

Nous instaurerons  également une taxation des transactions financières afin de mettre fin à la spéculation prédatrice des richesses.

Enfin, nous investirons massivement dans les énergies renouvelables et les économies d’énergies, à l’aide de la BCE et par la mise en place des  « eurobonds ».

Elu député, je me battrai pour que l’on réalise enfin une Europe sociale qui protège les salariés, défende les services publics, et investisse dans la recherche et l’innovation pour développer la croissance et l’emploi.

 

4. Que pensez-vous de l’idée d’appeler les citoyens à un référendum sur le sujet ?

Je suis par principe favorable au fait de consulter les citoyens sur ce type de question, où se joue le rôle de la France au sein de l’Europe. L’Europe s’est trop longtemps construite sans les peuples, donnant une image technocratique, fermée et anti-démocratique.  Je pense que nous devons faire confiance aux citoyens.

Toutefois, le référendum n’est pas la panacée. Selon la conjoncture politique, les questions posées peuvent rapidement être détournées au service d’oppositions politiciennes nationales, qui peuvent conduire une partie des citoyens à voter en fonction d’enjeux éloignés du débat souhaité.

Partagez sur facebook

Catégories : Positions | par jdc
posté le 06/7/12