IMG_0188

Métropole: pour un établissement public opérationnel de coopération métropolitaine

J’ai eu le plaisir de participer, jeudi, à un débat sur la métropole organisé par le Cobaty Aix Vitrolles, à l’initiative de son président, M. André Wegmann. Cette soirée m’a permis d’exposer ma vision de la coopération métropolitaine dans notre département, dont je souhaiterais vous faire partager les grandes lignes.

Comme nombre d’élus, je constate que notre département souffre historiquement d’un développement déséquilibré ayant, au fil du temps, marginalisé sa ville centre, Marseille. C’est pourquoi je soutiens le gouvernement dans sa volonté de renforcer la solidarité intercommunale et la mutualisation de plusieurs compétences stratégiques majeures permettant d’inscrire l’ensemble de nos territoires dans une ambition partagée de prospérité économique et d’aménagement durable.

Je considère notamment qu’il nous faut offrir à notre aire métropolitaine les moyens de se doter des leviers indispensables à son développement économique, en s’appuyant sur la structuration de filières industrielles d’excellence pour créer les richesses et les emplois de demain. Le développement économique des Bouches-du-Rhône doit aujourd’hui être pensé globalement, dans une perspective visionnaire, et non plus à une échelle parcellaire.

Je relève également l’importance des problématiques liées à la transition écologique, qui ne peuvent être gérées au seul niveau communal. Qu’il s’agisse de protéger des espaces naturels remarquables, gérer une pression constante sur les ressources en eau, développer les réseaux de gestion des déchets et d’assainissement, une démarche intercommunale renforcée me paraît souhaitable.

J’estime également que la question des transports et des déplacements s’inscrit logiquement dans cette démarche. Créer une autorité organisatrice des transports unique et réfléchir à un plan départemental des déplacements permettrait de réduire l’exposition de notre département aux pollutions atmosphériques, et d’assurer un accès fluide et peu coûteux aux grands bassins d’emploi sur l’ensemble de la zone métropolitaine.

Enfin, la question du logement est essentielle dans une région marquée par l’explosion des prix immobiliers. Mettre en commun, via, par exemple, un inter SCOT, des éléments de diagnostic et d’action sur les territoires nécessitant un effort particulier, au regard de leur situation et de leur histoire, constituerait une avancée intéressante.

Sur l’ensemble de ces éléments de politiques publiques, les élus locaux sont disposés à travailler ensemble, loin des caricatures présentant les maires comme des partisans de l’égoïsme communal.

La question qui, en réalité, se pose, est celle du choix de l’outil qui sera le support de cette coopération. Le projet de création d’une métropole intégrée, prévu par le gouvernement, me semble, à cet égard, un mauvais choix. Il s’agirait d’un support institutionnel inadapté, porteur de divisions, de conflits, et au final, de paralysie.

La mise en place d’un échelon politique unique, en charge de la gestion d’un territoire de près de deux millions d’habitants, conduirait à une concentration des compétences et un alourdissement des structures administratives, induisant de graves risques de dysfonctionnement, ou, dans la meilleure des hypothèses, une opérationnalité inaccessible avant de nombreuses années. Loin de simplifier le paysage administratif actuel et la prise de décision publique, la création de la métropole intégrée nous engagerait sur la voie de la confusion et de la paralysie fonctionnelle.

Face à cette impasse, je propose de suivre la voie de la coopération inter institutionnelle, qui, loin de favoriser l’immobilisme, peut, dans un cadre juridique et politique adapté, renforcer l’intégration des politiques publiques. Je soutiens donc le projet, porté par l’Union des Maires des Bouches du Rhône, de création d’un Etablissement Public Opérationnel de Coopération doté, à la différence des Pôles Métropolitains au statut trop labile, d’une solide consistance juridique, de compétences structurantes, et de moyens assurés. Cet établissement ouvrirait la possibilité d’associer l’ensemble des collectivités parties prenantes du territoire, sans marginaliser qui que ce soit, en intégrant les maires, les présidents d’EPCI, les représentants du Conseil Général et du Conseil Régional à la gestion de la structure. Il recevrait juridiquement le transfert des 4 compétences majeures citées plus haut (transports et déplacements, transition écologique, cohésion urbaine, développement économique), afin de se donner les moyens de ses ambitions. Enfin, en éloignant toute perspective hégémonique et centralisée, le projet d’EPOC garantirait l’autonomie des communes et s’inscrirait dans une démarche de consensus et d’apaisement, éloignant le risque de paralysie associé à la mise en place d’une métropole contre l’avis de 105 maires du département sur 119.

Cette structure offrirait donc, à la différence de la métropole, une opérationnalité immédiate, capable de mettre en place sans tarder les mesures nécessaires à l’aménagement de notre aire métropolitaine.

Je défends donc fermement cet outil plutôt que celui de la métropole. Cette proposition n’a pas vocation à se languir dans les limbes d’une utopie institutionnelle. Elle s’inspire d’entités juridiques existantes, telles que, par exemple, l’Etablissement Public Foncier Régional, la Société du Canal de Provence, ou l’Etablissement public d’aménagement Euromed, qui ont su démontrer leur efficacité de fonctionnement. Je continuerai en tout cas à soutenir ce projet partout sur notre territoire, ainsi qu’auprès du Gouvernement et du Président de la République.

 

Prenez connaissance du projet d’EPOC ici

 

 

 

photo Baldo

Pôle Judiciaire d’Aix: mon courrier à Christiane Taubira

Durant la campagne des législatives, j’avais fait de la question de la justice une priorité. J’avais notamment eu le plaisir d’accueillir le sénateur André Vallini à l’Institut d’Etudes Politiques, après être allé à la rencontre des professionnels de la justice.

Outre les problèmes de fond relatifs au fonctionnement, aux effectifs, aux questions propres à l’exercice de la justice, le monde judiciaire aixois connaît de surcroît d’importantes difficultés matérielles liées à la dégradation de son patrimoine immobilier. Depuis 2006, un important programme de construction d’un nouveau Pôle Judiciaire est annoncé, mais tarde à se concrétiser après avoir connu de nombreuses péripéties.

C’est pourquoi j’ai souhaité écrire à Mme la Ministre, Garde des Sceaux, Christiane Taubira, pour lui demander de confirmer l’engagement du nouveau gouvernement en faveur de la réalisation de cette opération indispensable pour assurer le maintien du rayonnement de la vocation judiciaire de notre ville.

Vous pouvez découvrir le courrier ci dessous:

Courrier à Mme la Ministre Christiane Taubira

 

IMG_3910

Une cérémonie des voeux réussie pour fixer le cap de la mandature

Chers amis,

J’ai présenté mes premiers voeux de député samedi, au Pavillon Noir, devant 400 personnes qui m’ont fait l’amitié de leur présence. Je les en remercie chaleureusement. Lors de mon discours j’ai tenu à revenir sur les grands défis qui vont se présenter devant nous, pour la France et le pays d’Aix, dans les 5 années à venir. L’occasion d’insister particulièrement sur le redressement économique de la France, engagé par le gouvernement, la refondation de l’Ecole, et le combat pour la justice et la sécurité.

J’ai tenu également à avoir une très forte pensée pour nos troupes déployées au Mali, contre l’avancée des milices extrémistes, porteuses de haine et d’obscurantisme.

Je vous invite à retrouver mon discours ci dessous, ainsi qu’une vidéo de mon intervention et le récit qu’en a fait la presse

A très bientôt

Discours pour la cérémonie des voeux 2013 de Jean David Ciot

Vidéo de la cérémonie des voeux

 

 

 

 

 

 

 

primaires

Primaires municipales: en débattre avec Terra Nova

Jeudi dernier, avec Gaëlle Lenfant, Vice Présidente du Conseil Régional, nous avons accueilli dans ma permanence parlementaire, M. Jean François Cesarini, responsable de Terra Nova Vaucluse, pour une conférence sur l’organisation de primaires citoyennes pour les élections municipales. Alors que les primaires ont connu un grand succès populaire aux présidentielles, l’idée d’appliquer ce même principe aux élections municipales (à savoir que tous les citoyens inscrits sur les listes électorales puissent voter pour désigner la tête de liste socialiste) progresse au sein du Parti Socialiste et de l’opinion. Ainsi Harlem Desir a fait part d’un accord de principe pour les organiser partout où cela serait souhaitable, et je rencontre tous les jours des aixoises et des aixois qui expriment ce vœu. Les primaires représentent en effet un outil d’expression démocratique considérable, en offrant la possibilité à chacun de participer à la définition du projet de la gauche. Elles vont, j’en suis persuadé, peu à peu s’imposer comme un vecteur majeur de renouvellement et de légitimation du personnel politique.

Cependant leur mise en œuvre n’est pas simple et pose beaucoup de questions. Comment financer une campagne pour un candidat aux primaires municipales? Quel système de parrainage faut il mettre en place pour éviter la multiplication des candidatures? Est il nécessaire de recourir à une charte éthique pour éviter les dérapages?  Quelles formations politiques peuvent participer à ce processus?

Autant de points qui ont pu être abordés lors de cette réunion de travail très constructive

 

Interview musiques actuelles

Mon interview sur les musiques actuelles dans “L’Aperçu”

Chers amis,

je vous prie de trouver une interview que j’ai accordé à mes amis de l’Aperçu, le journal culturel du théâtre de la Fonderie, sur le sujet des musiques actuelles.
C’est une question qui me tient véritablement à coeur. L’une de mes premières interventions comme député fut en effet pour défendre, auprès d’Aurélie Filippetti, l’importance de créer un lieu dédié aux musiques actuelles sur le territoire du pays d’Aix.

Je vous souhaite une bonne lecture

Ciot Jean-David 12 11 07 (21)

Furiani, 20 ans après: une proposition de loi pour commémorer ce drame national

Chers amis,

je n’ai pas hésité une seule seconde lorsque mon ami Avi Assouly, député de Marseille, m’a proposé d’être co-signataire de sa proposition de loi visant à faire du 5 mai une date commémorative du drame de Furiani. Je me souviens, à l’époque, avoir été profondément meurtri par cette tragédie qui a endeuillé tous nos amis corses et marseillais. Je salue ainsi l’initiative d’Avi Assouly, qui souhaite qu’un travail de mémoire soit mené autour de la reconnaissance officielle de cette date. Plus jamais nos stades ne doivent connaître ces heures sombres. Je soutiens cette proposition de loi qui propose symboliquement d’interdire toute rencontre de football le 5 mai et d’organiser des manifestations pédagogiques à l’encontre des plus jeunes, car personne ne doit oublier ce qui s’est passé ce 5 mai 1992 à 20h20, heure funeste pour le sport et les valeurs qu’il représente.

centrale-gardanne-13

Soutien au projet biomasse de reconversion de la centrale de Gardanne

Chers amis,

j’ai souhaité apporter mon soutien au projet de reconversion à la biomasse de l’unité à charbon Provence 4 de la Centrale thermique de Gardanne. Cette centrale vit depuis de nombreuses années dans l’incertitude de son avenir, du fait de la crise des activités traditionnelles d’extraction et de production énergétique du charbon. Récemment, le groupe allemand E-ON, propriétaire de l’établissement, a annoncé la fermeture de plusieurs unités à charbon en France, dont Provence 4.

Néanmoins, avec la direction, les représentants syndicaux ont pu construire un projet alternatif basé sur la valorisation énergétique du bois, dans le cadre d’une démarche qui permettrait de sauvegarder l’emploi et de favoriser la réorientation des activités de production de la centrale vers les énergies d’avenir. Plusieurs points méritent certes d’être précisés, mais j’estime néanmoins que ce projet offrirait de très intéressantes perspectives d’avenir pour le bassin minier, sa population, et la filière énergétique locale. C’est pourquoi j’ai écrit à Arnaud Montebourg et Delphine Batho pour les informer de mon appui à ce plan, et demander au gouvernement de s’engager en faveur de sa réalisation.

Vous pouvez retrouver ce courrier ci dessous:

PPL

Une initiative parlementaire contre l’obésité

J’ai souhaité signer une proposition de loi portée par ma collègue socialiste Hélène Vainqueur, députée de Guadeloupe, sur un sujet méconnu qui engage pourtant de forts enjeux de santé publique. L’obésité est en effet un problème en pleine expansion dans les régions d’outre-mer, où les taux d’enfants et d’adultes concernés surpassent de loin des statistiques que l’on retrouve en métropole. A titre d’exemple, 23% des adultes de Guadeloupe et 33% des adultes de Polynésie souffrent d’obésité, contre 16% des adultes vivant en métropole. Or, nous constatons qu’un même aliment (soda, yaourt…) vendu en métropole et en outre-mer ne contient pas les mêmes taux de sucre. Les produits distribués dans les dom-tom sont en moyenne beaucoup plus chargés en sucre, sans qu’aucune raison valable ne puisse expliquer ces disparités. Afin de lutter contre le fléau de l’obésité, la proposition de loi propose de fixer un plafond maximum au taux de sucre contenu dans un aliment, et de mettre fin aux pratiques abusives en matière d’enrichissement en sucre des produits distribués outre-mer. Vous connaissez l’importance que j’attache aux questions de santé publique, c’est pourquoi j’ai tenu à apposer ma signature sur ce texte.

Ciot Jean-David 12 11 07 (1)

Défense nationale : des choix budgétaires responsables

Le budget de la Défense a été examiné en séance publique à l’Assemblée Nationale hier soir, mercredi 7 novembre, après plusieurs semaines de débat au sein de la Commission Défense, dont je suis membre. Je me félicite de voir que les objectifs qui nous sont proposées maintiennent, voire renforcent, le positionnement stratégique de notre appareil de défense au sein d’un monde toujours plus incertain. Les ambitions militaires de notre Nation ne sont pas revues à la baisse (le budget de la défense reste constant), notamment dans le domaine du renseignement et de la prospective stratégique, qui bénéficient d’un effort important, de nature à aider notre pays à faire face aux nouvelles menaces émergentes.

Par ailleurs, l’administration militaire, comme les autres ministères, s’engage dans un effort raisonné de maîtrise des dépenses publiques, grâce à une meilleure rationalisation des coûts de fonctionnement.

J’ai souhaité intervenir à la tribune de l’Assemblée pour défendre le programme d’équipement engagé par ce budget, qui permettra d’honorer les engagements pris préalablement et de soutenir nos filières industrielles innovantes. Cet enjeu économique est particulièrement important dans le pays d’Aix, avec le Réacteur d’Essai pour la propulsion nucléaire à Cadarache, ou encore la construction des puces électroniques à Rousset, enjeu d’avenir en matière de cyber-sécurité.

Je vous propose de retrouver le texte et la vidéo de mon intervention ci dessous.

Vidéo de l’intervention de Jean-David Ciot

Discours de Jean-David Ciot sur le budget Défense

 

Question écrite santé

Santé: pour un plan national en faveur de Marseille

Si le plan Ayrault pour Marseille et son aire métropolitaine prend un grand nombre d’engagements, il reste en revanche muet sur le soutien aux établissements hospitaliers d’Aix et Marseille. Alors que le Centre Hospitalier du pays d’Aix demande des investissements de rénovation et d’extension assez importants, et que l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille connaît des difficultés financières, le soutien de l’Etat au maintien d’une offre de soin de proximité, de qualité et accessible à tous, est primordial.

C’est pourquoi j’ai solennellement posé, sur ce thème, une question écrite au gouvernement, dont je vous invite à prendre connaissance :

http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-8504QE.htm

Il faut mettre fin aux nuisances des Faïsses à Peynier

 

L’un des temps forts de ma campagne des législatives s’inscrit indiscutablement dans ma rencontre avec les habitants de la Vallée de l’Arc, dont j’ai pu ressentir l’exaspération devant les nuisances provoquées par les rejets olfactifs et les nuisances sonores du site de stockage de boues d’épuration des Faïsses, à Peynier. Les mobilisations citoyennes se sont faites l’écho de cette protestation quasi unanime, soutenues par les élus locaux comme mon ami Maire de Rousset et Conseiller Régional Jean Louis Canal, jusqu’ici en vain. Je m’étais engagé à intervenir pour trouver une issue positive à ce dossier et mettre fin aux nuisances environnementales conséquentes que cette activité somme toute commerciale fait assumer aux populations locales. J’ai donc saisi Mme la Ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, et je reste très vigilant quant aux réponses qui me seront apportées.

 

 

 

CP-jdc3

Proposition de loi sur les antennes relais: retour sur la conférence de presse

 

Conférence de presse à la Mado à Aix-en-Provence

De gauche à droite: Ludivine Ferrer (Asef) ; Jean-David Ciot ; Geneviève Hamy (secrétaire du groupe local EELV Aix) ; François-Michel Lambert (Député EELV des Bouches-du-Rhône)

 

Lundi 22 octobre, une conférence de presse a été organisée conjointement par l’Association Santé Environnement France, EELV pays d’Aix, et Jean-David Ciot, pour présenter la proposition de loi sur les Antennes Relais que le député du pays d’Aix portera à l’Assemblée Nationale avec les militants écologistes et associatifs d’Aix-en-Provence. Le Député EELV de la 10ème circonscription des Bouches-du-Rhône (Gardanne-Allauch), François-Michel Lambert, était également présent pour présenter la démarche législative convergente que mène le groupe EELV à l’Assemblée Nationale, autour d’un texte plus général sur les ondes électromagnétiques.

De nombreux médias ont répondu présent pour cet événement, à la mesure des attentes de l’opinion en faveur d’une action parlementaire de régulation, d’information des citoyens, et de protection sanitaire des habitants. Jean-David Ciot s’est ensuite rendu dans le quartier de la Pinède, où de nombreuses antennes relais ont été installées sur le toit d’un immeuble collectif, sans aucune information des locataires, qui, depuis, se plaignent de diverses pathologies physiques.

La démarche législative suit son cours, le texte de Jean-David Ciot ayant été présenté ce mercredi 24 octobre devant les députés socialistes membres de la commission Développement durable et aménagement du territoire de l’Assemblée.

 

Jean-David Ciot, Patrice Halimi et François-Michel Lambert au quartier de la Pinède à Aix, devant un immeuble HLM où sont installées 13 antennes relais sur le même toit

Visualiser le reportage de France 3

Visualiser le reportage de M6

L’article de La Provence, publié le mardi 23 octobre

L’article de Metro du mardi 23 octobre

assemblee-nationale1

Dépôt d’une proposition de loi sur les antennes relais – Conférence de presse le lundi 22 octobre

Comme vous le savez, l’usage de la téléphonie mobile s’est généralisée en 10 ans, pour se rendre aujourd’hui indispensable à notre quotidien. La France compte ainsi 69,5 millions de cartes SIM mises en services au premier trimestre 2012, contre seulement 5,7 millions de clients mobiles en 1997.

Ce processus très rapide a bénéficié d’une réglementation peu précise et contraignante. L’Etat a choisi de laisser les opérateurs négocier directement avec les propriétaires immobiliers pour l’installation des antennes relais. Le parc HLM a ainsi été particulièrement touché par une multiplication d’antennes sur leurs toits, car ils ne sont gérés que par un seul propriétaire (le bailleur social), ce qui facilite les négociations.

Or l’impact des ondes électromagnétiques sur les organismes vivants est encore largement méconnu, de telle sorte qu’il est impossible de certifier aujourd’hui que les émissions produites par les antennes relais sont sans risques. L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) a même  été amenée à conclure, en 2011, que les téléphones portables sont « peut être cancérigènes pour l’homme ».

De nombreux collectifs citoyens se mobilisent, comme à Aix, pour demander l’application du « principe de précaution » par le renforcement de la règlementation contrôlant l’installation des antennes relais. Je salue notamment le travail et l’engagement des militants écologistes de la ville qui, autour de Geneviève Hamy et Patrice Halimi, de l’association Asef, ont porté une expertise de grande qualité sur cette question, et se sont fait les porte parole de l’inquiétude de nos concitoyens.

Parce que je considère que la Santé de nos concitoyens est un droit fondamental que je refuse de voir menacé par de simples logiques commerciales, j’ai donc souhaité que nous travaillons ensemble, avec l’Asef, à la rédaction d’une proposition de loi, que je déposerai auprès du groupe Socialiste à l’Assemblée Nationale dès la semaine prochaine.

Le Docteur Patrice Halimi, Mme Genevève Hamy, secrétaire du groupe local d’Europe Ecologie-Les Verts, les collectifs citoyens et moi même, organisons donc une conférence de presse ce lundi 22 octobre à 10 à la Mado, place des Prêcheurs à Aix, pour présenter notre démarche.

Ce texte se propose de renforcer le cadre juridique régissant l’installation des antennes relais, sans pour autant affaiblir la dynamique de développement de la téléphonie mobile.

– Il diminuera les seuils maximum autorisés d’exposition aux ondes électromagnétiques. La France autorise actuellement des valeurs d’exposition du public oscillant entre 41 et 61 volts/mètre selon la fréquence utilisée, alors que nombre de nos voisins ont adopté des normes comprises entre 3 et 6 volts/mètre, sans que cela ne nuise pour autant aux capacités de couverture des différents opérateurs. Par mesure de prévention, nous introduirons un seuil maximum à  0,6 volts/mètre. Le texte stipule également que les établissements accueillant des personnes fragilisées (crèches, maisons de retraite…) seront préservées de toute installation environnante.

– Il informera les populations. Jusqu’à présent, aucune publicité n’est donnée aux choix d’installation des antennes relais, et de nombreux citoyens ignorent vivre à proximité de l’une d’entre elles. La réalisation de mesures à l’extérieur et à l’intérieur des habitations dans les zones exposées n’est également pas prévue dans les textes en vigueur, ce qu’il convient de corriger. Le texte stipule qu’une cartographie des ondes sera accessible au public et les mesures sont transmises aux propriétaires et locataires

– Il remettra le maire au centre du processus de décision, dans un contexte où son rôle est fortement minoré. Le Conseil d’Etat a en effet jugé, en octobre 2011, que seules les autorités de l’Etat sont compétentes pour réglementer l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile. Il s’agit par conséquent d’octroyer aux maires une police spéciale en la matière, un pouvoir de contrôle de respect des seuils, de fermeture des équipements les dépassant ; et d’autorisation ou non des installations

– Il promouvra une gouvernance participative. Le débat sur les antennes relais, au vu des incertitudes qui l’entourent, mérite d’être porté non seulement par les décideurs et les opérateurs, mais également par tous les citoyens. Il s’agit de promouvoir une forme de gouvernance participative, par la création de commissions d’information et de suivi ouvertes aux associations de défense des intérêts des populations.

Je suis particulièrement fier de porter ce combat citoyen au sein de l’enceinte parlementaire, et je suis tout à fait disponible à ce que la démarche que j’engage avec les citoyens aixois puisse converger avec toutes les initiatives parlementaires qui pourraient être prises sur ce sujet. Il en va du droit des populations à vivre dans un environnement sain et sécurisant.

 

 

courrierJDC2

L’avenir de l’aire métropolitaine passe par un renforcement des coopérations intercommunales

 Chers amis,

Le 6 septembre dernier, le comité interministériel, présidé par M. le Premier Ministre, a décidé de faire du redressement de Marseille une priorité nationale. Cette initiative, saluée par l’ensemble des acteurs locaux, engage plusieurs mesures majeures, dont l’ouverture d’une réflexion sur le devenir de l’intégration métropolitaine. Cette dernière annonce ouvre dès à présent une intense période de dialogue et de concertation.

Député et élu d’Aix et du pays d’Aix, j’ai tenu à adresser au Premier Ministre, Jean-Marc AYRAULT, l’état de ma réflexion sur ce point, comme vous pouvez le lire ci dessous. Je rencontrerai également Mme Marylise LEBRANCHU, Ministre de la Décentralisation, dans les prochains jours, pour lui faire part de ma vision de l’avenir de notre territoire.

 Je considère que l’ensemble des élus de notre territoire doit être étroitement associé à l’initiative législative que le gouvernement souhaite prendre. Ma conviction demeure qu’ aucune décision durable ne pourra être retenue si elle ne recueille pas un large assentiment de la part des décideurs locaux. J’oeuvrerai donc, avec tous, à la réussite d’une ambitieuse coopération métropolitaine, car notre territoire a plus que jamais besoin de se rassembler autour des grands projets qui prépareront l’avenir des populations.

Courrier JD Ciot – Ayrault page 1

Courrier JD Ciot – Ayrault page 2

valls-marseille

Sécurité : Marseille doit réintégrer la République

Je tiens à apporter tout mon soutien à la position défendue dimanche par le Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui apporte enfin une réponse à la hauteur des attentes de la population marseillaise en matière de reconquête de l’ordre public. Conséquence de l’abandon de la ville par le gouvernement précédent, l’insécurité y a progressé à un niveau tel que l’on ne peut qu’approuver la réaction ferme et volontariste du nouveau gouvernement. Je me félicite de voir que des moyens humains et matériels significatifs seront engagés pour renforcer et réorganiser l’action des services de police, largement affaiblis par le passé.

Comme Député de la République, il m’est particulièrement insupportable de voir certaines cités être mises sous coupe réglée par des bandes organisées de délinquants, qui en contrôlent l’accès en toute impunité. Contrairement aux déclarations démagogiques visant à laisser penser que toute la ville serait victime avec la même ampleur de ces phénomènes, la création de Zones de Sécurité Prioritaire, ciblées sur certains quartiers, constitue une mesure efficace, qui permettra d’agir en faveur des territoires les plus dégradés par la violence et les trafics. En s’attaquant aux foyers criminels là où ils s’enracinent, cette action permettra de ramener la sécurité dans toute la ville de Marseille et dans le département des Bouches-du-Rhône.

Je me réjouis enfin de constater que la proposition que j’ai défendue, courant juillet, de considérer Marseille comme une ville dont la marginalisation et la souffrance nécessitent un plan d’aide spécifique et massif de la part de l’Etat, ait été entendue par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. La réunion d’un comité interministériel transversal, le 6 septembre, est une première étape dans la mise en place d’une véritable politique nationale de redressement de Marseille, en terme d’emploi, de sécurité, de logement et d’éducation.

Jean-David CIOT
Député des Bouches-du-Rhône
1er Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste
jdc
jdc
non gaz-de-schiste

Position de Jean-David Ciot concernant l’exploitation des gaz et huiles de schiste en France. Réponse au Collectif de Vigilance Gaz de Gardanne

Mon engagement est clair : l’exploitation des gaz et huiles de schiste doit aujourd’hui être interdite en France. Depuis de nombreux mois, le Parti Socialiste et ses parlementaires se battent en faveur de cet objectif.

En effet, à l’heure d’aujourd’hui, les techniques d’exploitation utilisées par l’industrie de l’énergie ont montré qu’elles pouvaient contribuer à détériorer gravement l’environnement et nuire à la santé publique. Je pense particulièrement à la destruction des espaces naturels et aux risques avérés de contamination des nappes phréatiques, pour un résultat économique encore incertain.

Ainsi, parce que je place la santé de nos concitoyens et la préservation de notre environnement au dessus des logiques économiques, je combattrai tout projet qui se proposerait de relancer la prospection en faveur de ces gaz non conventionnels, notamment dans le pays de Gardanne.

CAC

Réponses aux questions posées par le Collectif pour un Audit Citoyen de la dette publique Pays d’Aix et Gardanne au sujet du “Pacte budgétaire”

1 .Quelle est votre position sur le pacte budgétaire ?

Comme l’a constamment rappelé François Hollande durant toute la campagne de l’élection présidentielle, le pacte budgétaire, en l’état, n’est pas satisfaisant. Les politiques d’austérité, validées par la majorité des gouvernements européens, conduisent à aggraver le chômage et à freiner la croissance en affaiblissant la consommation des ménages. Les Etats se retrouvent entraînés dans un cercle vicieux qui les conduit à toujours plus s’endetter.

Parce que nous voulons une autre politique, François Hollande s’est engagé dans une difficile négociation européenne afin d’ajouter au pacte budgétaire un volet croissance. Cette proposition, jugée irréaliste par les libéraux durant la campagne présidentielle, reçoit aujourd’hui une adhésion notable parmi les dirigeants européens et américains, signe que la persévérance et la fermeté sont indispensables pour construire une Europe moins libérale.

 

2. Comment pensez-vous vous impliquer dans le débat sur le sujet ?

Le programme sur lequel a été élu François Hollande est très clair, et c’est celui que la future majorité parlementaire défendra.

Comme député, je serai naturellement aux côtés du Président et de mes collègues pour ce combat difficile, mais exemplaire du redressement progressiste des économies européennes auquel j’aspire. Je serai particulièrement attentif à ce que les mesures votées par le Parlement s’inscrivent dans le nécessaire soutien à l’économie de l’innovation, de la recherche, de l’excellence environnementale, à l’image de l’économie du pays d’Aix. Car la croissance de demain et la redistribution des richesses doivent prioritairement s’appuyer sur l’effort de recherche et d’innovation, plutôt que sur le moins disant social et la réduction systématique du coût du travail.

 

 

3. Si vous êtes élu, que voterez-vous ?

Si je suis élu au soir du 17 juin, je soutiendrai la politique de la majorité qui prévoit de lancer un plan de ré-industrialisation et de lutte contre le chômage. Je soutiendrai toutes les mesures qui créeront les conditions d’une véritable relance en Europe.

Nous instaurerons  également une taxation des transactions financières afin de mettre fin à la spéculation prédatrice des richesses.

Enfin, nous investirons massivement dans les énergies renouvelables et les économies d’énergies, à l’aide de la BCE et par la mise en place des  « eurobonds ».

Elu député, je me battrai pour que l’on réalise enfin une Europe sociale qui protège les salariés, défende les services publics, et investisse dans la recherche et l’innovation pour développer la croissance et l’emploi.

 

4. Que pensez-vous de l’idée d’appeler les citoyens à un référendum sur le sujet ?

Je suis par principe favorable au fait de consulter les citoyens sur ce type de question, où se joue le rôle de la France au sein de l’Europe. L’Europe s’est trop longtemps construite sans les peuples, donnant une image technocratique, fermée et anti-démocratique.  Je pense que nous devons faire confiance aux citoyens.

Toutefois, le référendum n’est pas la panacée. Selon la conjoncture politique, les questions posées peuvent rapidement être détournées au service d’oppositions politiciennes nationales, qui peuvent conduire une partie des citoyens à voter en fonction d’enjeux éloignés du débat souhaité.

ecolo

Position concernant l’activité de l’entreprise 04 Recyclage implantée aux Faïsses à Peynier

L’activité actuelle de l’entreprise 04 Recyclage implantée aux Faïsses à Peynier génère d’importantes nuisances olfactives et sonores qui sont inacceptables pour le bien-être et la santé des habitants de la vallée de l’Arc. J’apporte ainsi mon soutien plein et entier au collectif associatif, au Maire de Rousset, ainsi qu’à l’ensemble des citoyens qui se mobilisent pour faire cesser cette situation.

Elu député, je saisirai les autorités sanitaires et environnementales de l’Etat, pour qu’elles évaluent avec justesse la dangerosité de ce site de stockage de boues d’épuration et les possibles contaminations de l’Arc. Je demanderai également au Maire de Peynier d’user de ses pouvoirs de police de maire, comme l’y autorise la loi, pour faire respecter le droit à la santé de nos concitoyens. Enfin, j’apporterai mon soutien à toutes les initiatives, citoyennes ou judiciaires, qui permettront de faire cesser cette activité polluante.

chômage-jeunes

Position concernant le chômage des jeunes

Le chômage des jeunes en général, et sur le pays d’Aix en particulier, atteignent des niveaux insupportablement élevés, à hauteur d’environ 25%. Dans le pays d’Aix, le taux d’emploi des jeunes est l’un des plus faibles de la région. Cela indique bien que l’accès au marché du travail est fermé à la grande majorité des moins de 30 ans.

Je vois plusieurs raisons à cela : le manque de formation et d’accompagnement professionnels pour les moins qualifiés ; le niveau très élevé des loyers qui rend l’accès à l’autonomie individuelle par le premier emploi très difficile ; et la concurrence des salariés diplômés, originaires d’autres régions, qui souhaitent s’installer dans le pays d’Aix en raison de sa forte attractivité.

Par conséquent, si nous ne nous engageons pas dans des politiques actives et volontaristes, une grande partie de notre jeunesse continuera à être sacrifiée. C’est pourquoi François Hollande a mis au cœur de sa campagne la nécessité de redonner un espoir aux nouvelles générations en lui permettant d’accéder à l’emploi.

Elu député, je soutiendrai les réformes que le Président de la République fera voter par sa majorité. Nous créerons 150 000 emplois d’avenir, réservés aux jeunes et destinés à la réalisation de missions au sein des quartiers populaires et dans le milieu associatif. Nous mettrons également en place le contrat de génération qui visera à inciter les entreprises à embaucher des jeunes arrivant sur le marché du travail, et de les former par les salariés seniors.

Je me battrai également pour favoriser l’emploi sur le pays d’Aix en accompagnant le développement de filières d’excellence (énergie, micro électronique…) articulées avec le monde universitaire et celui de la formation professionnelle, afin de mettre plus facilement en relation les chefs d’entreprises et les jeunes.

jdc-legislativesx
jdc-legislativesx
jdc-legislativesx
jdc-legislativesx

Mon projet pour la 14ème circonscription

Les élections législatives ont lieu les 10 et 17 juin prochains.

Ces élections sont importantes. Il s’agit de donner au Président nouvellement élu, François Hollande, une majorité à l’Assemblée Nationale, pour mener la politique de rassemblement et de redressement sur laquelle il s’est engagé. J’ai décidé de déposer ma candidature à ces élections, dans la 14ème circonscription des Bouches-du-Rhône. Je veux être un député de proximité, à l’écoute de tous, et je m’engage également à être le défenseur des projets déterminants pour l’avenir d’Aix-en-Provence et du Pays d’Aix. Les orientations que je vous propose se déclinent autour de trois objectifs stratégiques :

– donner un avenir meilleur à nos enfants

– innover pour un développement économique durable

– restaurer l’autorité républicaine

Je vous adresse le journal de campagne pour vous laisser découvrir ces différents thèmes et je reste à l’écoute de vos réflexions.

 

Découvrez mon projet pour la 14ème circonscription

12036009

Réformer la justice : une exigence républicaine

Jeudi 29 mars, j’ai eu le grand plaisir d’accompagner le sénateur André Vallini à la rencontre du monde judiciaire d’Aix en Provence. Les sujets de discussion n’ont pas manqué, car après 5 ans de sarkozysme, où l’on nous avait promis une « République irréprochable », nous avons en réalité eu droit à une justice sous tutelle, malmenée, et politisée comme jamais elle ne l’avait été sous la Ve République. Les professionnels de la justice ne s’y trompent d’ailleurs pas : si leur cœur penche plutôt volontiers à droite, leur malaise est grandissant devant les attaques que leur institution subit.

> lire la suite

Aix-en-Provence

Un logement pour tous en pays d’Aix

Comme beaucoup d’entre vous, depuis mon enfance, j’ai vécu l’essor de ce territoire, devenu, au fil des années, l’un des plus attractifs de notre pays. Le cadre de vie aixois séduit aujourd’hui bien au delà des frontières de notre région et de nombreux ménages souhaitent s’y installer et y travailler.

 

Ces atouts sont paradoxalement en train de générer de graves problèmes, faute d’accompagnement par les pouvoirs publics. Je ne prendrai qu’un seul exemple, celui d’un bien qui est en passe de devenir particulièrement rare et inaccessible pour les enfants du pays, les jeunes actifs, ou les étudiants désireux de profiter de la qualité de nos universités : le logement.

 

Une situation très préoccupante

La situation du logement en pays d’Aix est, comme chacun peut le constater, très préoccupante. En 10 ans, sous l’influence d’une forte demande, les loyers ont augmenté de 53,2%, ce qui en fait une des villes les plus chères de France. La faute principalement au manque de construction de logements neufs, et notamment de logements sociaux et de logements intermédiaires, pour les ménages issus des milieux populaires et des classes moyennes.

> lire la suite

Jean David CIOT

Santé : l’heure des choix

J’ai été très heureux de recevoir, en compagnie de Gaëlle Lenfant, candidate dans la 11e circonscription, et de nombreux élus et personnalités locales, le député socialiste Jean-Marie Le Guen, lors de sa venue à Aix-en-Provence le lundi 27 février. Sa présence nous a permis de débattre de l’avenir de notre système de santé et de prendre un peu de hauteur par rapport aux polémiques grossières auxquelles nous habitue, en cette période, le président sortant.

 

Lutter contre la santé à deux vitesses

Il faut dire que lorsque l’on établit le bilan gouvernemental en  matière de santé, on comprend mieux pourquoi la droite tente d’occulter ce thème des débats de campagne ! Car depuis 10 ans, la seule politique qu’elle a su mener a été inspirée par la seule raison économique : diminuer les coûts, au détriment de la qualité de la couverture sanitaire de nos concitoyens. Mais avec, au final, une conclusion impitoyable : le déficit de la Sécurité Sociale et celui de l’Assurance Maladie atteignent aujourd’hui des records ! Il est loin le temps où le régime général était à l’équilibre sous le gouvernement Jospin…

> lire la suite

Jean David CIOT

Il faut soutenir les Centres de Santé Mutualistes

Je ne pouvais parler des enjeux généraux de santé sans aborder un sujet trop peu médiatisé mais pourtant fondamental pour le devenir de la couverture sanitaire du département : celui des Centres de Santé Mutualistes des Bouches-du-Rhône, et celui d’Aix en particulier, qui luttent actuellement pour leur survie.

 

Un réseau essentiel pour 200 000 patients

Depuis l’après guerre, existe dans le Département un réseau d’œuvres sociales et sanitaires, historiquement lié à la mouvance progressiste, porté par le mouvement mutualiste, et dont le gestionnaire est aujourd’hui le Grand Conseil de la Mutualité. Ce réseau comprend notamment 11 centres de santé polyvalents, dont un situé dans le centre d’Aix-en-Provence. Ces centres reçoivent 200 000 patients par an, autour d’un plateau technique élargi (médecine générale, dentaire, ophtalmo, pédiatrie…), accessible au plus grand nombre du fait d’une pratique « sociale » de la médecine. Les médecins y sont salariés et rémunérés sur les tarifs les plus bas (secteur 1), la pratique du tiers payant y est obligatoire, le public CMU est reçu sans discrimination… Il s’agit ainsi du 2e réseau départemental d’offre de soins, derrière l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, et 1200 personnes y travaillent.

> lire la suite

coupe de la lavande

Pour un nouveau modèle agricole

Maire d’un village rural, je suis naturellement très attaché à la préservation des activités agricoles qui contribuent à la qualité et l’identité de notre terroir. Dans la période actuelle, il nous faut ainsi redoubler de vigilance, car les menaces qui pèsent sur l’agriculture locale se font plus intenses. Le secteur est en effet en crise et notre département, gros producteur de fruits et légumes, en subit les conséquences de plein fouet.
Les producteurs victimes de la crise et des excès de la libéralisation

Les producteurs sont confrontés conjoncturellement à une diminution spectaculaire de leur revenu depuis 2008, mais également à un affaiblissement structurel de leur activité. Sur les 10 dernières années, dans les Bouches-du-Rhône, le nombre d’exploitations a baissé ; la surface agricole utilisée a diminué, notamment pour les cultures dominantes (maraichage et arboriculture) ; moins de salariés travaillent dans le secteur, avec de nombreux problèmes sociaux liés aux insuffisances des niveaux de retraites et des minima sociaux pour garantir une vie décente aux exploitants et leurs familles.

> lire la suite