2015-03-19 10.41.56

Les Tables rondes de l’Arbois

Les Tables Rondes de l’Arbois sont, chaque année, un moment important de débats et de réflexions sur les relations complexes entre la Science et l’Humanité. Il s’agit, à l’instar du Cercle des Economistes, d’un rendez vous incontournable pour la recherche en pays d’Aix car, au delà des débats, elles fédèrent une véritable dynamique de la connaissance et rapprochent les intellectuels entre eux.

C’est pourquoi, comme élu délégué à la recherche de la CPA, je pense que leur maintien doit rester une priorité pour la communauté scientifique.

 

Retrouvez ci dessous le discours que j’ai prononcé à cette occasion:

 

“Madame, Monsieur,

La nouvelle révolution scientifique que nous vivons actuellement bouleverse de nouveau le rapport que les hommes ont pu nouer au fil des siècles entre eux et leur environnement.

L’être humain, depuis la révolution industrielle, a voulu devenir pour la première fois dans son histoire, le « maître et possesseur » de la Nature. Ce basculement du monde dans un grand mouvement de foi dans le progrès et la science a apporté le meilleur comme le pire à l’humanité.

Il a néanmoins ouvert un intense débat politique sur les relations entre la science, l’éthique et les hommes. Ce débat se poursuit aujourd’hui, alors que nous entrons dans un temps nouveau de l’évolution technologique.

Un temps où les bouleversements techniques renversent les barrières qui séparaient la vie publique de la vie privée, l’espace du local du « village global ». Notre quotidien, nos sociétés autrefois protégées par les frontières de la famille, du village ou de l’Etat Nation, s’ouvrent à tous vents à la mondialisation et à la communication universelle.

Notre vivre-ensemble s’en est ainsi retrouvé profondément altéré. Les sociabilités traditionnelles, dans nos villes, nos campagnes, nos villages se sont transformées. Et la société, les citoyens ou les élus peinent à retisser nos territoires de solidarité là où l’ère de la communication moderne fait tomber les frontières.

Cette accélération de l’Histoire ne peut que se poursuivre, même si nul ne peut préjuger des évolutions futures, des découvertes scientifiques et technologiques à venir et de leurs conséquences.

Les plus pessimistes considéreront qu’elles alimenteront un cycle hostile de déshumanisation du monde, d’uniformisation stérile des valeurs au profit d’un modèle de développement non durable basé sur la manipulation des idées.

 

Les optimistes, dont je fais résolument partie, estiment au contraire que nous avons tout à gagner à la mondialisation de ce métissage culturel, en termes d’enrichissement mutuel, de dialogue égalitaire entre les diversités, et d’émergence d’une conscience universelle qui permettra à l’humanité de surmonter les graves problèmes d’écologie et de sécurité qui menacent aujourd’hui sa survie.

C’est dans ce contexte de changement profond qu’il devient de plus en plus nécessaire de défendre notre liberté de penser, notre capacité individuelle à raisonner de manière réflexive sur les comportements des hommes et des femmes qui nous entourent.

Ce monde troublé ne sera vivable et durable que s’il permet l’expression de notre conscience librement informée, qui fera de nous un être moral, capable de rompre à tout moment la « clôture du sens » pour ouvrir le monde qui nous entoure au questionnement.

 

Dans cette libre réflexion sur la maîtrise de notre destin et la permanence du bon rapport avec autrui, la Science apparaît comme un allié car elle suscite l’étonnement et la réflexion. Elle permet de donner un sens aux choses, de savoir se poser les bonnes questions dès le moment où on peut la comprendre.

 

Les Tables rondes de l’Arbois relèvent de cette ambition. Elles aspirent à débattre, le plus simplement possible, des découvertes du moment et de leurs enjeux pour nos sociétés. Car la science n’est pas une fin en soi, mais un moyen de nous rendre plus libre.

 

Comment mieux accepter les bouleversements technologiques, scientifiques et médicaux qui habitent notre monde, sinon en comprenant leur essence et leur portée ? Comment démocratiser ces savoirs techniques qui reposent sur une expertise maîtrisée par un petit nombre et qui concerne pourtant le bien public ?

 

Les Tables Rondes de l’Arbois interviennent à ce propos pour offrir aux citoyens une part de connaissance du monde, en mobilisant les sciences dures comme les sciences sociales.

 

Elles sont un magnifique outil d’éducation scientifique populaire, qui dépassent le cadre de l’enseignement magistral du savoir pour mettre en relation directe le savant et le citoyen, de manière inédite.

 

Ce lien de connaissance partagé permet au scientifique d’exercer pleinement sa responsabilité, éclairée par l’expérience de la rencontre avec le public. Car les imposants défis lancés par le développement de la science demandent au chercheur de porter le débat au sein de la société.

C’est sa responsabilité éthique qui n’est pas une vertu mais un principe, parce qu’elle est avant tout une réponse à un appel démocratique, celui de la société. Une société qui refuse toujours plus les dogmes et les doxa, et qui exige aujourd’hui de penser librement son avenir.

 

Permettez moi de remercier chaleureusement les équipes du Syndicat Mixte de l’Arbois et à Daniel Nahon qui ont œuvré, comme chaque année, à la réalisation de cet événement. J’ai notamment une pensée amicale pour le Président Medvedowsky.

 

Merci également à tous les conférenciers et aux participants. Le Pays d’Aix et la CPA sont très fiers de vous accueillir, dans ce qui est, avec les rencontres du Cercle des Economistes, l’un des événements majeurs de la pensée et du débat interdisciplinaire dans notre département.

 

Parce que notre territoire, comme notre pays, ont plus que jamais besoin de sens et d’une culture du débat scientifique, la CPA est et sera un soutien indéfectible des Tables Rondes. Il est de notre devoir d’en assurer la pérennité et le rayonnement, j’en fais un engagement personnel.

 

Je vous invite donc à savourer ce moment exceptionnel durant les 3 jours qui viennent, et à profiter de nos débats.

 

Je vous remercie

 

 

Jean-David CIOT”

Partagez sur facebook

Catégories : À la une, Actualités | par jdc
posté le 03/21/15