lamarseillaise

La Marseillaise : Les Patrons à l’offensive

Article de Léo Purguette dans la Marseillaise

 

Lors de l’assemblée générale de l’UPE 13, les chefs d’entreprises ont accueilli Renaud Muselier (UMP) et Jean-David Ciot (PS) pour parler croissance et territoire.

 

« Grandir » C’était le thème choisi hier, par l’UPE 13 qui représente le Medef dans les Bouches-du-Rhône pour son assemblée générale annuelle, rebaptisée «le grand show de l’entreprise». Et c’est précisément avec l’objectif de «faire grandir» leurs entreprises que les patrons du département à l’instar du Medef national étaient intervenus dans la campagne présidentielle pour faire valoir leurs propositions.
Avec la même ambition les revoilà à l’offensive dans la campagne législative. Et pour mieux faire passer leur message, ils ont invité les secrétaires départementaux «des deux partis de gouvernement» dixit l’animateur de la soirée, c’est-à-dire Renaud Muselier (UMP) et Jean-David Ciot (PS). Le premier étant candidat à sa réélection dans la 5e circonscription, le second postulant à un premier mandat de parlementaire dans la 14e.
En introduction, Jean-Luc Chauvin, président de l’UPE 13 martèle ses deux priorités : «baisser les charges en les transférant vers d’autres impôts et taxes, et organiser le territoire de façon plus performante en créant une véritable métropole.» Un plaidoyer entrecoupé d’éléments de son bilan 2011, qui a manifestement satisfait ses adhérents : le rapport moral étant approuvé à 98%.
Inquiétudes et mobilisation
C’est l’heure de l’entrée en scène des deux responsables politiques. Olivier Jay éditorialiste économique à Paris Match, I télé et Europe 1 pose le décor. Pour lui, Nicolas Sarkozy n’est pas allé assez loin «il aurait dû supprimer les 35 heures et l’ISF la 1re année de son mandat» Ce qui manque à la France? La continuité : «en Grande Bretagne quand Tony Blair arrive au pouvoir, il ne détruit pas ce qu’a fait Mme Thatcher»
Interrogé sur les moyens d’améliorer la compétitivité des entreprises, Renaud Muselier ne manque pas de rappeler qu’il «emploie 300 personnes», pointe le «coût du travail» et propose une «TVA antidélocalisation.» Comprenez un transfert des cotisations sociales sur les consommateurs. Quant à Jean-David Ciot, il prône une «fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu», rappelle l’objectif d’une croissance d’1,7% et affirme que «la richesse et l’emploi sont créés par les entreprises». Répondant aux «inquiétudes» de Stéphan Brousse dirigeant national du Medef sur le Smic et la retraite à 60 ans, le candidat socialiste indique : «il existe une urgence sociale dans ce pays, le président de la République y répondra de façon responsable. L’augmentation du Smic sera raisonnable. Pour les retraites, une mesure de justice sera appliquée aux longues carrières. Je souhaite qu’il en reste là pour des raisons de pérennité du système
Question suivante : la métropole. Renaud Muselier y est favorable, «ne pas la faire est une erreur mortelle», Jean-David Ciot ne l’est pas : il préfererait voir confier l’organisation des transports au département. Mais chacun des deux reconnaît les division de son camp sur le sujet.
Très remontés sur la métropole, les patrons du département alliés dans le collectif «mon entreprise, ma ville» à la CFTC, FO et la CFE-CGC n’entendent pas lâcher le morceau. Et c’est un banquier, Emmanuel Barthélémy président du Directoire de la SMC qui bat le rappel des troupes : «le 14 juin rendez-vous à Marseille, on va distribuer des tracts “Ras l’bol on veut la métropole.» Pile entre les deux tours des législatives, Les salariés qui hésitent à se mobiliser dans la période sont prévenus : les patrons, eux, seront dans la rue.


Partagez sur facebook

Catégories : Actualités | par jdc
posté le 06/4/12