IMG_0658

Je me rendrai avec Kader Arif en Macédoine en novembre

J’ai rencontré hier matin Kader Arif, Secrétaire d’Etat en charge des anciens combattants, pour de échanger de manière très positive sur divers dossiers mémoriels sur lesquels je me suis particulièrement mobilisé.

 

En premier lieu, au vu de mon implication sur la question de la mémoire des poilus d’Orient, j’ai demandé au Ministre de m’accompagner en novembre en Macédoine, pour honorer, avec l’Ambassade et les anciens combattants, la mémoire des soldats français du Front d’Orient (1915-1918). Kader Arif m’a donné son accord ferme et définitif pour effectuer un voyage mémoriel en novembre dans cette région d’Europe. Je me réjouis de cette décision car, en cette année du centenaire, cette visite officielle des cimetières, stèles et monuments nationaux dédiés à l’Armée d’Orient et l’expédition de Thessalonique, constitue un signe fort de reconnaissance et de valorisation du souvenir de ces soldats oubliés par l’Histoire nationale.

 

L’entretien a également permis d’aborder des sujets de grande importance.

 

Au sujet des harkis, j’ai évoqué le sujet très sensible de l’exclusion des harkis de la mémoire nationale. J’ai notamment plaidé pour que, fidèle à ses engagement de campagne, il puisse “reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis.”Cette annonce permettrait de refermer certaines pages douloureuses de notre Histoire et de rassembler nos concitoyens au sein de la Mémoire Nationale.

 

Dans le même esprit, j’ai soutenu le projet de construction d’un Conservatoire national de la mémoire des Français d’Afrique du Nord, porté par le Centre de Documentation Historique de l’Algérie (CDHA) à Aix. Ce projet vise à créer un Centre référence de documentation, d’archives et de recherche sur le quotidien de la vie en Algérie après la guerre. La ville d’Aix, de par son histoire et son emplacement au cœur du monde universitaire et de la Méditerranée, a vocation à accueillir un projet mémoriel de cette ambition, capable d’assumer un travail historique ouvert et pluraliste sur cette période difficile de notre histoire. Kader Arif s’est montré très ouvert à cette idée et compte étudier avec sérieux et intérêt la possibilité que l’Etat puisse venir en soutien à cette opération.

Partagez sur facebook

Catégories : À la une, Actualités | par jdc
posté le 07/3/14