JDC Areva

Areva TA: quel avenir pour la dissuasion nucléaire française?

Depuis plusieurs années, j’ai écrit à plusieurs reprises au Ministre de la Défense et au Ministre de l’Economie pour leur faire part de mes inquiétudes au sujet de l’Avenir d’Areva, qui me semblait poursuivre une logique d’accumulation financière au détriment du maintien d’un haut niveau de compétences technologiques et de capacité à porter les grands projets industriels d’avenir. Je pense notamment au secteur de la défense nationale qui repose sur la propulsion nucléaire dont sont équipés le Charles de Gaulle et nos sous marins lanceurs d’engins, propulsion nucléaire dont le grand “architecte” est Areva TA, filiale d’Areva.

Dans le pays d’Aix, autour du RES ou du RJH à Cadarache, nous mesurons l’importance des investissements consacrés à la propulsion nucléaire, pour former nos officiers, contrôler, réparer et améliorer nos technologies dont dépend toute la composante maritime de la dissuasion nucléaire.

C’est pourquoi l’avenir d’Areva, et donc d’Areva TA, m’interpelle énormément. Il y a derrière ce sujet toute la question de notre stratégie de dissuasion nucléaire et d’indépendance nationale.

J’ai ainsi écrit au Ministre de la Défense pour lui faire partager ma position, à savoir que la meilleure solution pour Areva TA passe par un rapprochement avec le CEA, afin de constituer un acteur public majeur capable de relever les enjeux stratégiques de notre défense nationale.

 

 

JDC Le Drian

Partagez sur facebook

Catégories : À la une, Actualités | par jdc
posté le 07/27/15