Journée nationale du souvenir de la déportation au camp des Milles

Comme chaque année, j’ai rendu hommage aux victimes de la déportation devant le wagon du souvenir au camp des Milles, en présence de nombreux officiels et des associations de descendants de déportés.

De nouveau, l’émotion fut au rendez vous, comme me l’ont confié plusieurs nouveaux élus aixois qui découvraient cette commémoration pour la première fois. L’évocation de la liste nominative des enfants de 2 à 18 ans déportés par les nazis fut particulièrement intense et vint nous rappeler brutalement la barbarie effroyable de la Shoah.

J’ai également été sensible aux messages d’alerte et de vigilance délivrés par les orateurs quant à la montée des tensions nationalistes et xénophobes en Europe, car je partage la conviction de Bertolt Brecht sur la persistance, dans nos sociétés, des mécanismes de haine qui ont conduit à pareille tragédie.

Foire Médiévale du Roy René

Retenu par d’autres obligations, j’ai chargé la députée suppléante Noëlle Ciccolini-Jouffret de me représenter à l’ouverture de la Foire médiévale du Roy René à Peyrolles, qui fêtait son 10ème anniversaire en présence du nouveau maire du village, Olivier Frégeac

Une fois encore, cette manifestation fut un véritable succès populaire grâce à la participation de centaines de personnes qui, autour du Roi de Peyrolles, se sont replongés dans une ambiance médiévale digne du règne du Roy René qui fit l’acquisition du vieux château féodal au 15e siècle.

Au bout d’une décennie, cette manifestation festive est sans conteste devenue un événement incontournable dans le pays d’Aix et permet de valoriser une identité historique précieuse pour la mémoire des provençaux.

Se souvenir du génocide arménien

En cette période de commémorations, ma suppléante Noëlle Ciccolini-Jouffret m’a représenté aux cérémonies mémorielles du génocide des arméniens, le jeudi 24 avril à Aix-en-Provence.

 

Le génocide arménien débuta le 24 avril 1915 et fit en tout 1 500 000 morts. Il inaugura une tragique série de génocides, le mal du XXème siècle. Depuis 2001 la France reconnaît officiellement le génocide, Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères, s’étant d’ailleurs prononcé sur la pénalisation de sa négation.

 

Le choix de la France doit être à la fois juste et courageux. La décision du premier ministre Turc Erdogan de présenter ses condoléances aux enfants et petits enfants des victimes est un premier pas. Mais ces récentes prises de positions ne doivent être qu’une première marche vers la reconnaissance du génocide en tant que tel par les autorités Turques.

Rencontre avec les habitants de Beisson

J’ai récemment rencontré les habitants de Beisson à Aix, pour faire notamment le point sur l’état d’avancement du projet de rénovation urbaine piloté par l’ANRU, concernant le quartier, qui prévoit plusieurs aménagements dans la cité (réhabilitation de logements, démolition/reconstruction, requalification des espaces verts…). Après plusieurs années de retard du à un budget qui n’arrivait pas à être bouclé, le projet a enfin pu être engagé au début des années 2010.

Cependant, j’ai entendu les habitants manifester une certaine préoccupation devant des travaux manquant de finition, la suppression des commerces de proximité ou de certains projets culturels importants (la médiathèque). Dans l’ensemble, se dégage un fort sentiment, celui du manque de lieux de vie et d’animation sociale et citoyenne pour donner du mouvement au quartier. Les habitants demandent fortement à pouvoir s’impliquer  dans le quotidien de Beisson, mais déplorent le manque de structures et d’espaces qui leur permettraient de le faire.

Outre la nécessité de réussir la réhabilitation des logements pour permettre aux familles de vivre dans un environnement digne, je retiens de cette rencontre la grande envie collective de valoriser le potentiel d’animation du quartier autour de ses habitants. Au-delà du simple volet matériel d’intervention sur les logements, c’est à cela que l’on jugera de la réussite ou non de ce projet de rénovation urbaine.

 

 

Inauguration de l’Esplanade des Justes

Le mois dernier, je me suis rendu à l’inauguration de l’Esplanade des Justes à Aix, en mémoire à tous ceux qui, durant l’occupation, ont caché des juifs au péril de leur vie. Il y eut 23 Justes reconnus par l’Institut Yad Vashem dans le pays d’Aix, chacun honoré par une stèle installée sur l’esplanade.

J’ai notamment dévoilé la plaque de Jean Daniel, médecin du Puy Ste Réparade, qui abrita un enfant juif et le sauva des nazis.

Je suis très fier d’avoir pu honorer, en présence de nombreux élus et personnalités, la mémoire de ces héros qui, au cœur de la barbarie, ont refusé d’abandonner leur humanité.

 

 

 

 

L’Assemblée nationale interdit la culture du maïs transgénique

L’Assemblée nationale a adopté mardi 15 avril 2014 une proposition de loi composée d’un seul article, qui stipule que « la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié est interdite sur le territoire national ». Cette intervention volontariste visant à renforcer le cadre législatif autour de la culture des OGM devenait indispensable face aux atermoiements du droit européen. Je me félicite que les députés de la majorité aient poussé un texte pour mieux protéger les populations en sécurisant juridiquement l’interdiction du maïs MON 810 (Maïs modifié génétiquement) en France.

Engagé depuis longtemps sur la question des OGM, j’avais proposé en 2009 au sein de ma commune du Puy Ste Réparade une motion-cadre relative aux cultures et essais en plein champ de plantes génétiquement modifiées. Cette motion décidée à l’unanimité interdit les cultures OGM dans notre village. La France doit poursuivre ses efforts pour défendre la primauté de la sécurité sanitaire sur la logique de la rentabilité commerciale.

Pour autant, je ne considère pas qu’il faille fermer la porte à la recherche scientifique. Comme pour le dossier des antennes-relais, je me revendique du principe de précaution constitutionnel. Je pense en effet que tant que leur absence de nocivité n’est pas prouvée, il faut maintenir le moratoire français sur les OGM et laisser du temps à la recherche scientifique et indépendante. Le texte de loi va désormais être transmis au Sénat, en espérant qu’il puisse y être rapidement voté.