Soutien aux salariés de LFoundry

Alors que la liquidation judiciaire de LFoundry sera décidée le 26 décembre par le Tribunal de commerce de Paris, j’apporte de nouveau tout mon soutien au personnel de l’entreprise LFoundry. Ma pensée va aux 650 salariés et à leurs familles qui, jusqu’au bout, se sont mobilisés de manière exemplaire et responsable pour défendre leur établissement. Il s’agit d’un drame social qui laisse un très fort goût d’amertume.

En effet, l’échec du sauvetage de cette usine consacre un véritable gâchis industriel, avec la perte d’un outil viable et moderne positionné sur un secteur stratégique de l’économie nationale. Il traduit une défaillance majeure des acteurs privés, au premier rang desquels se place l’incompétence de l’actionnariat allemand de LFoundry GmbH, qui, dans des conditions par ailleurs très troubles de gestion, a été incapable de mettre en place des choix stratégiques de développement sur le long terme.

Ce dossier à l’issue douloureuse démontre que les pouvoirs publics doivent, à l’avenir, se mobiliser pour soutenir le développement de nos filières industrielles d’excellence. Je reste convaincu qu’il est possible de maintenir, en France, des fonderies de production de circuits de semi-conducteurs. Cet enjeu de souveraineté nationale doit faire l’objet d’un positionnement stratégique de la part de l’Etat, sous peine de voir l’ensemble des unités de fabrication péricliter à terme sous l’effet de la concurrence asiatique. Je compte poursuivre mes efforts pour que cette réflexion industrielle stratégique à long terme soit portée autant par le gouvernement que par les collectivités locales.

Visite du club des Platanes à l’Assemblée Nationale

J’ai reçu avec beaucoup de plaisir à l’Assemblée Nationale mes amis du club de l’Entraide seniors des Platanes d’Aix-en-Provence.

Lors de ma visite au club pour la distribution, en début d’année, des navettes du député, j’avais invité les adhérents à venir visiter l’Assemblée s’ils le souhaitaient. Devant l’assentiment général, le président Maurice Fabre a organisé un voyage à Paris fin novembre avec près de 70 adhérents désireux de faire connaissance avec notre institution parlementaire.

Ayant rejoint l’ensemble des participants à leur péniche-hôtel, j’ai été heureux de constater que les témoignages des participants sur ce séjour se sont révélés unanimes de satisfaction, grâce non seulement à la beauté et la solennité des lieux, mais également du fait du professionnalisme et de l’implication exemplaire des guides de l’Assemblée, que je remercie.

 

Ratification du Traité contrôlant le commerce des armes

La semaine dernière, l’Assemblée Nationale a voté la ratification définitive du Traité contrôlant le commerce des armes. Il s’agit d’une transcription en droit français d’un accord international visant à renforcer le contrôle sur la vente des armes, salué par les organisations des droits de l’homme.

Comme je l’ai souligné lors des débats au sein de la commission de la Défense, il s’agit d’un sujet compliqué, bloqué depuis des années car personne n’osait faire le premier pas. En ratifiant ce texte, la France envoie un signal fort, celui d’une grande Nation, qui s’engage pour la paix. Car, comme le rappelle le Livre Blanc sur la Défense, le contrôle des transferts d’armes participe également à la lutte pour la paix et contre les escalades militaires.

C’est pourquoi je me félicite de cette décision et de cette avancée majeure dans le droit international.

Sécurité, service public et déplacements à l’ordre du jour de l’AG du CIQ de Puyricard

La population de Puyricard s’est rendue nombreuse à l’Assemblée Générale annuelle de son CIQ, en présence de plusieurs élus. J’y ai écouté avec attention les plaidoyers des habitants qui attendent une réponse adaptée des pouvoirs publics sur les questions qui fragilisent la qualité de vie sur le Plateau.

Le dossier de la réouverture du bureau de poste a ainsi été évoqué avec insistance, tout comme celui de la sécurité et de la réorganisation des transports publics. Victime d’un braquage qui l’a fortement endommagé, le bâtiment des services postaux a du être rénové et modernisé sur plusieurs mois. Ces délais suscitent une gêne bien compréhensible et posent la question de l’accès aux services publics des espaces d’habitation situés en périphérie de la ville. Néanmoins le représentant de l’entreprise s’est engagé sur une réouverture début 2014.

Sur la question de la sécurité, la population ressent une inquiétude croissante et partage le sentiment d’une augmentation des incivilités et des délits tels que les cambriolages. Plusieurs incidents graves se sont ainsi succédé ces dernières semaines. Conscient de ce malaise grandissant, j’ai souhaité saisir le commissaire d’Aix-en-Provence, M. Jaffuel, pour étudier la manière dont les dispositifs de prévention et de sécurité pouvaient être réadaptés à l’évolution de la situation sur le Plateau.

Célébration des cérémonies de la Ste Barbe

J’ai assisté, comme chaque année, aux traditionnelles cérémonies de la Ste Barbe, auprès des sapeurs pompiers de Meyrargues, Jouques et Peyrolles, des maires des communes concernées, ainsi que le Colonel Jorda, directeur départemental du SDIS.

A Aix, c’est ma suppléante Noëlle Ciccolini qui me représentait.

Je tiens résolument à participer tous les ans à cet événement pour saluer le courage et le dévouement des pompiers professionnels et volontaires, sur des territoires fragiles comme les nôtres, confrontés à des risques d’incendies ou de dégradation plus élevés qu’ailleurs. Le rôle de ce corps d’intervention dans la préservation et la sauvegarde de notre environnement naturel, de nos massifs est fondamental pour la protection de l’identité du pays d’Aix.

Je n’ai également pas manqué de rendre hommage à la mission d’entraide, de lien social et de proximité de nos sapeurs pompiers qui souvent apportent une réponse rapide aux manifestations diverses de la détresse des habitants.

 

 

 

 

 

Modernisation de la ligne de train Aix-Marseille: des moyens très insuffisants

J’ai décidé de quitter hier le cours d’une réunion organisée par la présidente de la Communauté du pays d’Aix avec le préfet de région, qui était consacrée aux dossiers métropolitains concernant le pays d’Aix. 

J’ai souhaité ainsi exprimer ma vive colère après avoir été informé par les services de l’Etat que le doublement de la voie ferrée Aix-Marseille, le seul projet de déplacement qui devrait se retrouver prioritaire au niveau métropolitain, ne sera complètement achevé qu’à l’horizon 2030. À terme (d’ici 2020), l’Etat ne s’engage concrètement que sur une augmentation de fréquence d’un train par heure, passant de 3 à 4 trains, alors que le doublement intégral de la voie permettrait de faire circuler 8 trains par heure. Cette annonce est insultante par rapport aux besoins des 50 000 voyageurs qui effectuent chaque jour le trajet Aix-Marseille sur des axes de circulation saturés. 

Je dénonce donc le fait qu’un tel projet, qui coûterait plus de 500 millions d’euros, se retrouve rabaissé au rang des priorités secondaires, tandis qu’au même moment l’Etat injecte 2,5 milliards d’euros sur la gare souterraine de St Charles. 

Je compte saisir le Premier Ministre et le Ministre des Transports pour leur demander de revoir leurs priorités en matière de politique des transports, dans l’intérêt des habitants de notre département.

 

Un Hôpital d’excellence pour le pays d’Aix

Je suis intervenu hier matin en séance pour poser une question orale à Mme la Ministre de la Santé sur le sujet de la modernisation de l’Hôpital d’Aix-Pertuis.

Cet établissement connaît une croissance soutenue de son activité, et nécessite des investissements ambitieux pour conforter ses missions de service public.

Je suis convaincu que cet Hôpital doit devenir l’Hôpital référence de tout le Val de Durance, du Nord des Bouches du Rhône aux Alpes de Haute Provence. C’était déjà le sens de la création de la Communauté Hospitalière de Territoire du pays provençal dont Aix est le pivot avec Salon, Pertuis, Digne et Manosque.

Pour concrétiser cette ambition sanitaire, la direction a finalisé un projet à moyen terme de restructuration sur site, qui prévoit la construction d’un nouveau bâtiment destiné à accueillir plusieurs services d’hospitalisation et à améliorer les conditions de prise en charge.
J’ai donc soutenu ce dossier devant le gouvernement, en rappelant son importance pour notre territoire.

Répondant au nom de Marisol Touraine, la Ministre Dominique Bertinotti a confirmé cette intention par les propos suivants:

“Pour l’ARS Paca, ce projet est prioritaire car le Centre Hospitalier du Pays d’Aix est l’hôpital de recours pour un bassin de population à la jonction de 3 départements. Il est également le pivot de la Communauté Hospitalière de Territoire du pays provençal, et à ce titre la question des investissements qu’il doit réaliser pour s’adapter aux besoins de son territoire est majeure. Ce projet a ainsi fait l’objet d’une inscription en position prioritaire au schéma régional d’investissement en santé de la région.”

Je me félicite de cette réponse très positive, qui officialise l’appui que l’Etat apportera à la réalisation de ce dossier

Texte de la Question orale sans débat de Jean-David Ciot sur l’ Hôpital d’Aix

Question orale du député Ciot à Mme la Ministre de la Santé: la vidéo

Séjour en Macédoine (4): Préserver la richesse du patrimoine

La Macédoine compte un très riche patrimoine historique, fruit de la confluence des cultures qui se sont épanouies dans ce pays-carrefour du coeur des Balkans. J’ai pu apprécier la richesse de ce multiculturalisme au fil de mon séjour, façonné par les influences grecques, slaves, turques, orthodoxes, ou musulmanes. La coexistence entre les églises orthodoxes et les mosquées témoigne de cette diversité. A Skopje, la vieille ville ottomane reste ainsi remarquablement entretenue et permet d’admirer la richesse des traces de l’occupation turque.

Cette profondeur historique se retrouve également dans la présence de nombreux monastère orthodoxes anciens sur le territoire macédonien, tel que celui de Saint Panteleimon de Nerezi (photo à la une), fondé en 1164 sur les hauteurs de Skopje, engagé dans une lourde entreprise de restauration de ses fresques.

Enfin, il ne faut pas oublier que l’histoire des civilisations des Balkans est, comme celle de l’Europe, façonnée par l’héritage antique greco-romain. J’ai ainsi pu découvrir les magnifiques vestiges de la cité romaine de Bitola, parfaitement conservés.

L’enjeu pour tous ces sites remarquables reste celui des politiques de préservation et de valorisation du patrimoine. A cet égard, l’Etat macédonien, malgré ses faibles moyens, fait preuves d’efforts manifestes que la coopération internationale se doit d’aider et d’encourager.

 

 

La cité gréco-romaine antique de Bitola

La vieille ville ottomane de Skopje

Réunion à Londres du groupe de suivi parlementaire des accords de coopération franco-britannique

Comme chaque année, je me suis rendu à Londres jeudi avec une petite délégation de parlementaires français, pour rencontrer nos homologues britanniques dans le cadre du groupe de suivi des accords de Lancaster House, dont je suis membre.

Ce comité assure le contrôle parlementaire sur les accords de coopération civils et militaires signés entre nos deux pays en 2010.

Les enjeux sont de taille pour la France car plusieurs programmes stratégiques d’équipement sont développés dans le cadre de cette coopération stratégique. C’est par exemple le cas des drones de surveillance et de combat, sur lequel notre pays a un retard technologique très important sur les Etats Unis. Grâce à la mutualisation des moyens et des intelligences, il est possible de combler une partie de ces lacunes en dotant enfin la France de ces outils tactiques indispensables pour nos interventions extérieures.

C’est pourquoi nous avons conclu au rôle moteur des parlementaires pour appuyer fortement ce programme de coopération et nous prendrons des initiatives dans ce sens.