metropole

Création du groupe des élus socialistes et républicains à la métropole

Nous avons officialisé la création d’un groupe socialiste, républicain et apparentés à la métropole d’Aix-Marseille Provence, rassemblant élus socialistes et de gauche de Marseille et du Département.

Nous porterons ensemble, de manière constructive, les sujets d’intérêt métropolitain que nous avons toujours défendus, au-delà du débat de ces dernières années sur la nature de l’outil institutionnel proposé.

Nos priorités s’établissent sur la défense du développement économique et de l’innovation, autour des filières industrielles d’excellence et de notre université unique; la solidarité métropolitaine entre espaces de prospérité et zones en difficulté, comme les quartiers Nord; la préservation de notre patrimoine naturel, en luttant contre l’étalement urbain et en développant les transports en commun.

Cette aventure sera passionnante, j’en suis convaincu. Notre territoire est riche et dynamique et il mérite un engagement sans faille de notre part.

 

Pour mémoire, voici ce que j’écrivais sur mon site en janvier 2013, à l’issue d’un débat public sur la métropole. Je ne changerai pas une ligne à ce constat:

“Je considère notamment qu’il nous faut offrir à notre aire métropolitaine les moyens de se doter des leviers indispensables à son développement économique, en s’appuyant sur la structuration de filières industrielles d’excellence pour créer les richesses et les emplois de demain. Le développement économique des Bouches-du-Rhône doit aujourd’hui être pensé globalement, dans une perspective visionnaire, et non plus à une échelle parcellaire.

Je relève également l’importance des problématiques liées à la transition écologique, qui ne peuvent être gérées au seul niveau communal. Qu’il s’agisse de protéger des espaces naturels remarquables, gérer une pression constante sur les ressources en eau, développer les réseaux de gestion des déchets et d’assainissement, une démarche intercommunale renforcée me paraît souhaitable.

J’estime également que la question des transports et des déplacements s’inscrit logiquement dans cette démarche. Créer une autorité organisatrice des transports unique et réfléchir à un plan départemental des déplacements permettrait de réduire l’exposition de notre département aux pollutions atmosphériques, et d’assurer un accès fluide et peu coûteux aux grands bassins d’emploi sur l’ensemble de la zone métropolitaine.

Enfin, la question du logement est essentielle dans une région marquée par l’explosion des prix immobiliers. Mettre en commun, via, par exemple, un inter SCOT, des éléments de diagnostic et d’action sur les territoires nécessitant un effort particulier, au regard de leur situation et de leur histoire, constituerait une avancée intéressante.

Sur l’ensemble de ces éléments de politiques publiques, les élus locaux sont disposés à travailler ensemble, loin des caricatures présentant les maires comme des partisans de l’égoïsme communal.”

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 06/30/16

JDC Fr 3 -2

Débat sur l’avenir des communes à France 3

J’ai participé un débat avec différents maires de la région, retransmis par France 3, sur le thème de l’avenir des communes.

La réduction de la dette publique est depuis des années une nécessité majeure car elle ne cesse de croître pour représenter près de 90% de la richesse nationale, et le remboursement des intérêts constitue la seconde dépense nationale de l’Etat (juste derrière l’Education Nationale).

Parce que cette pression financière est intolérable pour le budget de l’Etat, parce qu’elle conduit à rejeter sur les générations futures un fardeau difficile, parce qu’il est immoral de laisser les “rentiers de la dette publique” s’enrichir sur le dos de l’Etat et de nos concitoyens, la majorité a initié un programme de maîtrise des finances publiques, nécessaire après la crise de 2008 et le laxisme de la majorité précédente qui avait alourdi le déficit en multipliant les exonérations fiscales pour les très hauts revenus.

Ce programme de rigueur nous a été beaucoup reproché, et il est vrai que ses conséquences sociales ont pu être difficiles pour de nombreux ménages, mais il porte ses fruits. Il a obligé l’Etat à limiter ses dépenses, mais également il a conduit les collectivités locales, par la baisse progressive des dotations nationales, à faire également un effort. Celui ci a porté notamment sur la maîtrise de la masse salariale, qui avait eu tendance à augmenter du fait des transferts de compétences mais également parfois du fait de la création des intercommunalités qui a généré des postes doublons entre communes et EPCI.

Cet effort a souvent été perçu comme douloureux, et, en tant que maire, j’en mesure les conséquences sur les finances locales même si cela nous pousse à mieux organiser nos dépenses publiques. D’où le débat que nous avons eu sur France 3, afin de discuter des réalités que nous affrontons en tant qu’élus locaux.

Cependant, au Congrès des Maires, le Président de la République a annoncé la diminution par deux de la baisse de la dotation générale de fonctionnement cette année, et la consolidation d’un fonds d’investissement de 1 milliard pour soutenir l’investissement public. Ces mesures représentent un vrai ballon d’oxygène, et je les salue.

 

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 06/22/16

JDC comm2

Une avancée sociale pour les familles des anciens combattants

Aujourd’hui, mes collègues de la Commission de la défense et moi même avons adopté une proposition de loi visant à instituer une carte de famille de blessé de guerre.

Cette proposition de loi est le symbole de la reconnaissance par la Nation des souffrances que ressentent les familles des blessés de guerre. En effet, la famille joue un rôle de toute première importance dans la reconstruction physique et psychologique des blessés au combat.

Le prix payé par la famille est parfois lourd et la souffrance des familles est souvent muette face à celle du blessé qu’elles contribuent à soigner. Avec cette initiative législative, les pouvoirs publics vont pouvoir améliorer la reconnaissance de cet accompagnement précieux, et aider à sa prise en charge pour alléger le coût moral et matériel de cet investissement quotidien. Je suis très heureux que nous ayons pu l’adopter, avant son examen en séance publique.

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 06/1/16