IMG_2912

Assurer l’avenir de la micro-électronique en Provence

 

Chers amis,

alors que notre filière micro-électronique provençale est traversée par des turbulences, j’ai publié aujourd’hui le communiqué de presse ci dessous afin que nous puissions collectivement nous mobiliser pour réaliser le projet HIT, vital pour l’avenir de ce secteur et de nos emplois

 

Réussir la Maison de l’Innovation et de la Technologie (HIT) pour assurer l’avenir de la micro-électronique en Provence

 

La faillite récente de l’usine de fabrication de semi-conducteurs LFoundry, 8e établissement industriel des Bouches-du-Rhône, a mis en évidence la fragilité économique de cette filière exposée à une très vive concurrence internationale.

Pour assurer le maintien de leur compétitivité et des emplois de demain, les entreprises du secteur doivent renforcer leurs efforts en matière d’innovation et de développement technologique. Cet effort ne peut s’accomplir sans le soutien de la puissance publique, qui, par son investissement, doit permettre la réalisation des objectifs stratégiques de la filière.

Le projet HIT (Maison de l’Innovation et de la Technologie)  s’inscrit dans cette ambition. Porté par Aix-Marseille Université, il vise à lier durablement entreprises de la micro-électronique (ST, Gemalto, Inside Secure), laboratoires de recherche publics et privés, acteurs universitaires et institutions pour développer ensemble des projets d’envergure au sein du Pôle micro-électronique de Rousset, dans les domaines de la sécurité numérique, de la santé, et d’autres technologies d’avenir.

A l’heure où l’aire métropolitaine se dessine, l’ensemble des acteurs de notre territoire doit se mobiliser pour assurer à long terme l’avenir industriel de notre région. Le projet HIT, en permettant un maillage étroit entre la recherche et l’industrie sur un secteur stratégique, riche en potentiel d’innovation et indispensable à notre souveraineté nationale, doit rester une priorité en Provence. S’il n’aboutissait pas, nous risquerions fortement de voir la microélectronique provençale disparaître.

Chaque collectivité doit donc renforcer son implication pour permettre la finalisation de ce projet majeur. Alors que les échéances se rapprochent, L’AMU doit attester de l’avancement effectif du HIT pour espérer conserver le fonds de 750 millions d’euros dont elle bénéficie de par son statut de lauréate au projet d’Initiative d’Excellence AMIDEX. Il s’agit donc d’un enjeu crucial pour nos industries, nos emplois, l’Université et notre territoire.

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 10/30/14

2014-10-14 11.53.43

Fête des 20 ans du Foyer de vie l’Orée du jour de l’Espoir Provence

L’Espoir Provence, association présidée par Pierre Roussel, et spécialisée dans la prise en charge du handicap psychique, fêtait récemment le 20ème anniversaire de son foyer de vie l’Orée du jour à Aix. Hébergeant des adultes affectés par des troubles psychiques, notamment schizophréniques, et stabilisés, cet établissement offre une prise en charge souple orientée vers l’insertion sociale des résidents, et des moments de répit aux familles, souvent isolées.

J’ai souligné l’importance du travail effectué par les équipes et des bénévoles dévoués, qui sortent la maladie et les malades de la stigmatisation que la société fait encore peser sur eux. Certes, depuis le temps des asiles et de Michel Foucault nous avons considérablement évolué dans l’humanisation de la prise en charge des enjeux de santé mentale, mais nous continuons encore trop souvent à rendre invisible ces souffrances. Or la maladie mentale n’est pas un tabou, un non-dit, quelque chose qu’il faut cacher.

Il faut ainsi aider les familles et les malades. Nous pouvons aujourd’hui, comme le fait l’Espoir Provence, les accompagner avec empathie pour permettre à chacun de reconquérir une autonomie, même fragile. Notre société n’a pas le droit d’abandonner les malades et leurs proches, de tourner le dos aux familles, de n’offrir le silence que comme réponse.

Cette tâche est pourtant difficile, non seulement du fait de la complexité des situations individuelles et parfois du sentiment d’impuissance que l’on peut éprouver, mais également par l’état difficile dans lequel se trouve le secteur de la santé mentale. Les années 2000 ont été compliquées pour les professionnels. On a eu tendance à ne voir les malades que comme des personnes dangereuses, des criminels en puissance. On a ainsi glissé d’une philosophie de l’accompagnement et de la prise en charge à une approche sécuritaire qui, en fin de compte, n’apporte pas d’avantage de sécurité, ni aux professionnels, ni à la société. Je salue le travail mené par le député Denys Robiliard et la mission parlementaire sur la psychiatrie, qui a mis en évidence un recours de plus en plus systématique aux hospitalisations sous contrainte. Cette mesure devient une solution illusoire privilégiée pour traiter les problèmes de santé psychiques.

J’ai donc salué l’investissement de chaque bénévole, des élus comme Jean François Picheral qui ont permis la naissance de cette structure, pour une société que nous espérons plus ouverte et tolérante au handicap.

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 10/28/14

2014-10-18 09.39.14

La viticulture, atout stratégique du pays d’Aix

Dans le cadre du rallye des vignerons de Ste Victoire, samedi dernier, j’ai souhaité me rendre au domaine viticole Ste Lucie, à Puyloubier, accompagné du Président de l’association, Olivier Sumeire, ainsi que de Jean Louis Canal et Frédéric Guinieri.

J’ai tenu à visiter ce domaine, adossé à celui des Diables, géré par la famille Fabre, afin de souligner l’importance du travail réalisé par toute une génération de jeunes vignerons qui ont investi beaucoup d’énergie pour à la fois moderniser la production, hausser fortement le niveau de qualité, et assurer une commercialisation efficace des vins produits.

Cet effort, qui passe par une attention toute particulière pour la recherche et l’innovation, s’inscrit également dans un souci constant de protéger l’environnement. Ainsi, avec le développement de nouvelles technologies de vinification, les niveaux de souffre utilisés pour limiter l’oxydation des vins ont pu être diminués de 2/3 en quelques années.

Par conséquent, j’ai souhaité attirer l’attention sur le travail réalisé dans ce domaine, comme dans d’autres autour de Ste Victoire, qui me semble incontournable dans les facteurs de développement de notre territoire. En effet, il me semble révélateur des efforts de montée en gamme de notre patrimoine agricole dans une perspective de développement économique, tout en s’appuyant sur la fidélité et le respect du terroir. Loin de n’être qu’une activité traditionnelle, l’économie de la vigne, dans notre pays d’Aix, apparaît comme portée par une importante dynamique d’innovation et de qualité qui en fait aujourd’hui l’un des atouts stratégiques de notre territoire.

 

 

Ste Lucie

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 10/23/14