img_5917

Le sport aixois expose son dynamisme

Toujours beaucoup de monde au Salon des Sports d’Aix, avec de nombreuses associations et des bénévoles qui en assurent l’animation.

J’ai pu notamment découvrir certains sports venus d’autres horizons, comme le football gaélique, et aller à la rencontre de tous ces passionnés qui font vivre leur sport au quotidien.

 

img_5926

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 09/8/16

ecrivains fuveau

Salon des écrivains de Fuveau et salon de la gastronomie de Trets

Visite à la Foire de la St Michel à Fuveau, ainsi qu’au salon des écrivains dont j’ai fait l’inauguration. Avant d’enchaîner avec le salon de la gastronomie de Trets.

 

St michel fuveau

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 09/7/16

CE Loo

Décès de Charles Emile Loo

J’ai rendu hommage, hier, avec beaucoup de tristesse, à notre ami Charles Emile LOO, ancien député, adjoint au maire de Marseille et maire des quartiers Sud. C’était l’une des dernières grandes figures de la gauche.

Alors qu’aujourd’hui notre univers politique est parfois montré du doigt du fait de sa professionnalisation jugée excessive ou de son manque de représentativité sociale, Charles Emile LOO représentait, à l’inverse, la réussite exemplaire d’un parcours au mérite comme notre République en livre malheureusement de moins en moins.

Issu d’une famille ouvrière, titulaire du seul certificat d’études, il cumula des emplois modestes très tôt, dès l’âge de 14 ans. Cette ascendance populaire, il la revendiqua toujours avec fierté, car elle lui permit d’être un élu proche de ses concitoyens et d’apprécier le juste goût des choses, avec humilité et simplicité.

« Milou », comme on le surnommait affectueusement, fut un grand élu de la République et de la ville de Marseille. Sa carrière fut durant des décennies viscéralement attachée au service de la cité phocéenne.

Son engagement au service du bien commun, il le démontra très jeune au sein de la Résistance, d’abord Maquisard dans les Alpes, puis membre actif du réseau dans sa ville natale, où il aida notamment à l’impression et à la diffusion clandestine de la Marseillaise qui permis l’organisation de la résistance sur la ville.

Cette époque trouble forgea un caractère à part, marquée du sceau du courage, de la résolution, de la loyauté mais aussi de la dureté, des qualités qui définiront l’empreinte qu’il laissa dans sa carrière politique.

Sa ville libérée, il s’engagea aux côtés de son ami Gaston Deferre, dont il fut un proche loyal et respecté. Il fut non seulement fidèle au maire de Marseille et à son héritage, mais également à sa famille socialiste, à laquelle il fut toujours si fier d’appartenir. Il fut de tous les grands moments, de l’allégresse de l’élection de François Mitterrand, dont il fut secrétaire national au Parti Socialiste, ou de la tristesse du départ de son ami de toujours Gaston Deferre et la période plus difficile qui s’ouvrira pour les socialistes. Il restera fidèle à son engagement politique et continuera de défendre avec fierté les valeurs du socialisme, d’un socialisme moderne intensément tournée vers l’avenir.

Il y a quelques semaine, au siège de la SOCOMA, il me réaffirmait avec enthousiasme sa conviction profonde en la possibilité de bâtir une grande ville de Marseille ouverte, solidaire, dynamique qui bannirait l’intolérance, le racisme et les inégalités. Il n’avait jamais baissé les bras devant les injustices sociales et s’efforçait de le démontrer au quotidien en dirigeant, dans le respect de ses salariés, une entreprise profondément ancrée dans l’identité portuaire de Marseille. Ce port dont il était une figure incontournable, accompagnant ses mutations, ses difficultés mais aussi et surtout son renouveau.

En regardant vers l’avenir, je retiens le fait que Charles Emile LOO nous lègue une mémoire précieuse, celle de l’action politique et du volontarisme. Avec bien d’autres, dont certains  sont encore là, il a su participer au redressement d’une ville meurtrie par l’occupation dans un pays dévasté par la guerre.

Si cette génération d’élus a su tourner la page des heures noires de l’Histoire, alors nous avons l’obligation morale de garder la foi dans la conviction du changement et de l’espoir dans l’avenir.

En cela, l’hommage que nous lui rendons aujourd’hui a valeur non seulement de témoignage de l’immense respect que nous éprouvons pour l’œuvre d’un grand élu, mais également d’engagement à défendre demain les convictions qui l’ont toujours habitées.

Au nom des socialistes endeuillées, j’adresse mes plus sincères condoléances à sa femme, à sa famille et à tous tes proches.

Crédit photo: la Provence

Catégories : À la une, Actualités | jdc
posté le 08/26/16